1. Station de Travail
  2. Un quart de siècle de stations de travail : l’aventure Fujit…

Un quart de siècle de stations de travail : l’aventure Fujitsu « made in Germany »

À l’origine, il y avait les stations de travail UNIX. Ensuite, les premières stations de travail Windows du monde. Puis la première station de travail mobile. Puis les stations de travail 1U. Comment s’est déroulée l’histoire des stations de travail ? Lisez cet article pour le savoir.

Aujourd’hui, Fujitsu équipe ses stations de travail haute performance CELSIUS des processeurs les plus récents, de cartes graphiques de pointe, de grandes capacités de mémoire et de stockage tout en assurant un fonctionnement ultra silencieux. Ces stations de travail offrent plusieurs options : différents formats et une prise en charge des anciens équipements PCI.  

Les stations de travail Fujitsu, qui font l’objet de certifications et d’essais, sont stables. La gamme de stations de travail est abordable et puissante. Fujitsu propose des stations de travail de bureau, des stations de travail mobiles et des stations de travail à distance pour le centre de données.  

Fujitsu fournit des services qui permettent une personnalisation de masse et une gestion des actifs sur plusieurs générations de produits. Fujitsu fournit également des services de sécurité informatique extraordinaires. Et la société conçoit et fabrique des produits CELSIUS au cœur de l’Europe, dans ses locaux d’Augsbourg en Allemagne. 

Cette gamme de prix, performances, formats et services ne s’est pas développée du jour au lendemain. Fujitsu y travaille depuis un quart de siècle en traversant les évolutions des marchés, des applications, des technologies et des sociétés. Voici comment cela s’est produit.

À l’origine était UNIX. Juste pour une seconde.

À l’origine, la fusion de Siemens et de Nixdorf a créé la société Siemens Nixdorf Computers AG en Allemagne en 1990. La société a rapidement lancé sa première station de travail UNIX dotée de graphiques Matrox. En 1992, Siemens Nixdrof y a ajouté une coopération avec SGI, le fabricant de stations de travail américain, pour produire les stations de travail 3D UNIX. Et au cours des 5 ans qui se sont écoulés de 1990 à 1995, la société a produit des stations de travail UNIX dotées de processeurs MIPS RISC. L’un des marchés spécifiques de ces stations de travail était de s’adresser aux clients de Siemens utilisant les programmes de CAO Siemens. 

Mais c’est alors que Microsoft lança Windows NT, le système d’exploitation 32 bit. Intel lançait également ses processeurs Pentium 32-bit. SGI a donc travaillé avec Microsoft et OpenGL faisait partie de Windows NT. Tout ceci a permis aux applications de CAO de passer des stations de travail UNIX au nouveau système d’exploitation Windows NT fonctionnant sur les processeurs Intel avec de nouvelles technologies graphiques 3D fournies par des spin-offs et des start-ups. 

C’est ainsi que la société a lancé la première station de travail Windows et Intel, la CELSIUS 1, en novembre 1995.

Le marché des stations de travail Windows NT s’est bientôt agité avec l’arrivée de concurrents tels que Compaq Computers, qui a créé un groupe de stations de travail et lancé son propre produit avant la fin de l’année 1996. La dynamique du marché des stations de travail a donc changé. Les stations de travail UNIX étaient des systèmes dédiés. La nouvelle génération de stations de travail Windows NT et Intel Pentium Pro (WINTEL) a vu émerger des stations de travail professionnelles basées sur des technologies consommateur et entreprise. Les stations de travail UNIX et RISC avaient derrière elles presque 2 décennies de développement, mais le coût de développement de chaque nouvelle génération de technologies nécessaires était trop élevé pour conquérir un marché plus petit de systèmes dédiés par rapport au marché des stations de travail WINTEL. La dynamique économique du développement de produits a alors penché fortement en défaveur des anciennes stations de travail UNIX. 

Une courbe de performance accélérée

Naturellement, les premières stations de travail WINTEL n’étaient pas aussi puissantes que les stations de travail UNIX d’aujourd’hui. Mais la plate-forme a donné naissance à un nouveau marché beaucoup plus développé pour les applications de CAO haut de gamme. En même temps, les capacités de CAO haut de gamme émergeaient dans les applications Windows natives. Un groupe de visionnaires de la CAO a lancé SolidWorks en 1995. Le programme d’animation basé sur le DOS, 3D Studio, est passé à Windows NT avec le lancement de 3D Studio Max en 1996. La direction future était claire.

La gamme CELSIUS s’est développée en fonction. 1997 a vu le lancement du système CELSIUS 1000 à un seul processeur et du système CELSIUS 2000 double processeur. Cependant, la société était avant-gardiste. La plupart des applications n’était pas capable d’exploiter les calculs parallèles. Néanmoins, ces systèmes étaient les premières stations de travail non-RISC, non-UNIX à réaliser les benchmarks organisationnels SPEC et à enregistrer les meilleures performances parmi toutes les stations de travail WINTEL. 

D’ici à la fin de la décennie, la performance des stations de travail WINTEL refermait l’écart avec les stations de travail RISC & UNIX. À la génération 1999 de stations de travail CELSIUS, CELSIUS 420 et CELSIUS 630, venaient s’ajouter les processeurs Intel Pentium III et Pentium III-Xeon plus rapides. Ces systèmes ont été lancés en avril 1999. La même année, un accord a été conclu entre Siemens et Fujitsu pour créer une nouvelle coentreprise. La nouvelle société est devenue le deuxième plus grand fabricant de PC en Europe. 

Les stations de travail se déplacent

Les ressources de la nouvelle société ont permis de créer de nouvelles possibilités. Fujitsu Siemens Computers a développé et proposé un produit que les ingénieurs tiennent désormais pour acquis : la station de travail mobile. La CELSIUS Mobile est née en 1999. C’était non seulement la première en son genre, mais ce système était également doté de fonctionnalités uniques et spécialement conçues, notamment un châssis en magnésium et un clavier détachable.  Au départ, le clavier était relié à la station de travail par infrarouge et ensuite par une connexion Bluetooth. 

La CELSIUS Mobile était une véritable station de travail. Elle comprenait des certifications pour des applications de design importantes telles que Pro/ENGINEER, Unigraphics, ALLPLAN et SolidWorks. Elle était dotée d’un processeur mobile Pentium II 400 MHz, de 512MB de mémoire et d’un disque dur de 30 Go. En tant que station de travail mobile, la CELSIUS Mobile offrait plus de 6 heures d’autonomie grâce à l’utilisation de 2 batteries. Les spécifications d’il y a presque une décennie et demie semblent presque démodées, mais en 1999, c’était révolutionnaire. 

Après avoir créé le marché des stations de travail mobiles, Fujitsu Siemens Computers s’est consacrée à leur développement. La CELSIUS Mobile 2 a été lancée en 2001. En 2003, la société commençait à vendre la CELSIUS Mobile H. Elle a conservé la même image de marque pour ses stations de travail mobiles depuis.

Nouveaux processeurs, stations de travail 64 bit, nouveaux formats, sécurité et un rachat

Le début du siècle a vu émerger un marché des processeurs robuste et dynamique pour les stations de travail. Les processeurs 64-bits étaient intégrés à l’Itanium, ... puis ils ont disparu. AMD a fait renaître les calculs 64-bit lorsqu’elle a conçu des serveurs et stations de travail basés sur l’architecture 64-bit avec des processeurs Opteron. Au cours de cette période, Fujitsu Siemens Computers a sorti la CELSIUS 800 dotée d’une architecture 64 bit basée sur le processeur Itanium d’Intel. Du fait, en partie, de la courte durée de vie du processeur Itanium, la société a conçu un processeur double CELSIUS 810 à l’aide des processeurs Opteron en 2004. Intel y a apporté une réponse concurrentielle avec son architecture 64-bit pour les processeurs Xeon. 

Plusieurs années se sont ensuite écoulées avec des lancements de stations de travail mobiles et de bureau. Au cours des cycles continus de développement de produits et de lancements, Fujitsu a annoncé son intention d’acquérir la part de 50 % de Siemens dans la coentreprise. En 2009, la transaction a été conclue et Fujitsu a poursuivi le développement et la fabrication au cœur de l’Europe. 

En 2012, Fujitsu a livré sa première station de travail destinée à une salle des serveurs. La station de travail CELSIUS C620 était dotée d’un format de serveur 1U avec technologie de station de travail et comportait des technologies clés pour diffuser à distance les graphiques haute performance requis par les utilisateurs de stations de travail, au sein ou à l’extérieur de la société. Ce nouveau marché des stations de travail à distance continue de se développer et la société a lancé la CELSIUS C740 en 2015 pour succéder à la C620. 

Les problèmes de sécurité informatique sont devenus de plus importants pour les clients Fujitsu entreprise ou publics. La société est l’un des leaders en matière de RD pour la sécurité informatique. Fujitsu a développé une technologie d’accès sécurisé basée sur la reconnaissance des formes par les veines de la paume. La technologie, qui est non-intrusive, extrêmement précise et très fiable, peut être intégrée à presque tous les types d’appareils, des distributeurs automatiques aux appareils de contrôle de l’accès aux salles de sécurité en passant par les stations de travail mobiles. En 2013, Fujitsu a sorti la première version de sa Mobile CELSIUS H dotée de la fonctionnalité de contrôle d’accès sécurisé brevetée PalmSecure. 

Retour vers le futur

Ce qui nous ramène à la sortie, en 2015, de la station de travail mobile CELSIUS C740 et des stations de travail CELSIUS J550 & W550. Ces nouvelles stations de travail montrent comment les équipes de RD et de fabrication de Fujitsu continuent d’offrir aux clients technologie, performance et avantages ergonomiques.

La société divise son développement des stations de travail entre l’Allemagne et le Japon. Les stations de travail à distance et de bureau sont conçues et fabriquées en Allemagne. Les stations de travail mobiles sont conçues et fabriquées au Japon. Ces équipes se concentrent sur la performance et l’ergonomie. L’étendue de l’expertise de la société offre une valeur ajoutée. Par exemple, les labs Fujitsu réalisent des simulations de niveau sonore 3D. Ceci permet de générer des options de conception de solutions de refroidissement et de ventilateur. Ceci donne lieu à des conceptions haute performance avec des caractéristiques économiques en matière de niveau sonore. 

Installer les équipes de RD, de fabrication et de logistique en Allemagne a permis à la société de créer des services spéciaux tels que le programme « Made4you » de Fujitsu pour la personnalisation de masse et la gestion d’actifs au cours de projets pluriannuels. Les efforts intensifs de RD de la société lui permettent de proposer des solutions de sécurité informatique complètes de bout en bout, les plus sécurisées du secteur. Ces deux derniers exemples s’appliquent à des produits n’appartenant pas à la gamme de produits de station de travail de Fujitsu, mais ils sont particulièrement précieux pour les clients de stations de travail exigeants. 

Le point de vue de CADplace

Peu de sociétés ont navigué sur des eaux concurrentielles avec autant de succès que Fujitsu, ou même démontré la même endurance que Fujitsu. Au cours des années, les fournisseurs de stations de travail RISC tels que Sun, SGI, DEC et d’autres se sont éteints comme les dinosaures. De nombreux concurrents fournisseurs de stations de travail WINTEL ont subi le même sort. Fujitsu a réussi à maintenir un équilibre entre taille et agilité, ce qui lui a permis d’engranger des succès au cours d’un quart de siècle d’innovation en matière de stations de travail.