1. Les Sociétés
  2. Aucotec
  3. il faut travailler en parallèle dès le départ. Engineering …

il faut travailler en parallèle dès le départ. Engineering Base et son modèle de données centralisé garantit une harmonie parfaite et une cohérence permanente

Tout ingénieur s'est déjà heurté au problème : souvent, pour progresser vers une étape de travail majeure, des informations provenant de disciplines voisines sont nécessaires. C'est alors facile de perdre la vue d'ensemble. Lors de la conception mais également lors de l’entretien ou de la transformation des machines et des installations, il est capital d’intégrer des disciplines ou des points de vue étudiés sous des angles différents. En outre, la course contre la montre est de nos jours si énorme qu'il faut travailler en parallèle dès le départ. La plupart des outils d'ingénierie n'arrivent pas à faire face à ces exigences, mais Engineering Base (EB), si ! Son modèle de données centralisé garantit une harmonie parfaite et une cohérence permanente même quand différentes disciplines travaillent simultanément sur un même projet.

Suivre la trace

De nos jours, pour concevoir un entraînement, il faut prendre en compte un nombre de données considérablement plus important qu'il y a encore quelques années. Il comprend des connexions avec d'autres objets et informations et leurs traces peuvent se retrouver dans des documents variés : schéma électrique, liste d'affectation des câbles, schéma de bornes, dans une vue d'ensemble de l'installation, un schéma unifilaire ou la nomenclature. Il contient des liaisons vers le logiciel de commande, ainsi qu'une adresse de bus, le cas échéant. S'il entraîne une pompe, cela peut donner lieu à des connexions aux composants hydrauliques, qui s'accompagnent des documents correspondants.

En outre, les traces peuvent même mener aux composants mécaniques, p. ex. dans un modèle 3D. Souvent, il est souhaitable d'avoir accès aux descriptions du constructeur de l'appareil. Quand il s'agit d'une installation existante, il faut encore ajouter les plans d'entretien correspondants. Et cette énumération est loin d'être exhaustive. Alors que les administrateurs réfléchissent sur la manière sûre de gérer, archiver, présenter et conserver cette abondance de données, les concepteurs, quelles que soient leurs disciplines, doivent eux pouvoir utiliser ou modifier, souvent simultanément, les informations actuelles respectives d'un seul et même objet. Si ce qu'on appelle une « single source of truth » n'est pas disponible pour toutes les parties concernées, ce qu'EB propose avec sa base de données, toutes ces opérations ne sont pas réalisables efficacement.

Sûr mais mal pensé

Les systèmes EDM, PDM ou PLM ont été développés afin de relier toutes les données et tous les documents issus des divers systèmes auteur. Cependant, ils doivent se limiter au plus petit dénominateur commun, ce qui signifie que les données de chaque système sont contenues dans des conteneurs encapsulés. Les objets perdent alors leurs interconnexions. Dans le schéma électrique, l'entraînement pris en guise d'exemple se situe dans le conteneur du système CAO électronique, mais sur le schéma hydraulique, il se trouve dans un autre système, etc.

Avec de la chance, on retrouve les documents sur lesquels l'entraînement apparaît, mais la navigation directe entre les différentes disciplines n'est souvent possible qu'à force d'une préparation compliquée. Si on enregistre les documents de l’électrotechnique dans PDM sous forme de pages PDF ou TIFF isolées, on n'y retrouve plus le degré d’interconnexion élevé des données (câblage, renvois, représentations multiples, etc.), et la navigation est inexploitable. Les données sont certes conservées de manière sûre, les documents peuvent être localisés grâce au catalogage, mais leur contenu n’a plus aucun sens.

Une coopération des plus efficaces

AUCOTEC mise donc sur une approche totalement différente que celle adoptée par les outils de planification classiques. La base de données intégrée d'EB permet une navigation ultra-rapide dans tout le projet, tandis que les associations de données sont conservées au niveau de l'élément. Dans certains cas, il est même possible de se passer d'un système EDM.

Mais ce n'est qu'un effet secondaire. Entre-temps, de nombreuses entreprises ont compris que l'efficacité maximale est atteinte lorsque les données de toutes les disciplines peuvent être interconnectées dans un système utilisable en ligne. Quand il s'agit d'optimiser l'automatisation afin d'accélérer toujours plus le traitement d'une commande, nombreux sont les responsables de service qui, naturellement, ciblent uniquement leur domaine de compétences. Mais comme dans les différentes disciplines, les possibilités des outils existants sont pratiquement épuisées, il faut inévitablement regarder plus loin que le bout de son nez. Dans ce cadre, EB se démarque du lot, comme le taux de croissance gigantesque d'AUCOTEC, près de 50 % au cours des trois dernières années, le confirme.

Grâce à la base de données extensible à souhait d'EB, l'interconnexion des procédés et la coopération simultanée entre les domaines impliqués sont très efficaces. C'est également essentiel parce qu'il n'est désormais plus possible de traiter un dossier par un processus séquentiel en raison de la course contre la montre. En même temps, si l'on reprend l'exemple de l'entraînement, juste après sa définition initiale, il apparaît automatiquement dans toutes les vues associées, de la liste de commande jusqu'au schéma de bornes.

Réunir ce qui va ensemble

La plateforme permet de collaborer autant pour la gestion que pour le traitement de toutes les données concernées d'un projet, sans transmission potentiellement erronée de données, sans interfaces et avec une complexité d'administration considérablement réduite. Le processus est fortement accéléré. La cohérence nécessaire entre professionnels issus des secteurs hydraulique ou électrique, leur accès simultané, ou encore le traitement de la nomenclature sont assurés grâce au modèle de données commun à tous.

EB couvre toutes les disciplines interconnectées par leur logique, comme les schémas unifilaires, les schémas d'implantation mécanique en 2D (armoire), les plans d'usine avec le câblage, etc. Même les documents d'autres systèmes peuvent être intégrés. Les interconnexions peuvent être établies avec des données externes ou à l’intérieur de la base de données (intégration de données externes) ; cette dernière est particulièrement utile lorsque les données sont envoyées au client final avec le projet. Et pour associer d'autres disciplines, l'intégration directe de leurs données se fait sans problème. Si ces données sont archivées sur un support neutre (p. ex. les données d'un fabricant sur Internet), il est quand même possible de les associer par hyperlien.

Des économies toutes disciplines confondues

Dans EB, l'architecture client/serveur gérée par base de données est idéale pour l'ingénierie en parallèle inévitable. Destiné à la coopération, EB permet également d'aplanir les frontières entre la construction des machines, le contrôle des processus industriels, la planification des faisceaux de câbles et la distribution de l'énergie. Pour la conception d'un bateau par exemple, il est non seulement possible de collaborer pour concevoir l'électrotechnique des armoires, la planification du câblage et les tracés avec leur topologie, mais aussi les composants hydrauliques, le traitement de l'eau, la distribution de l'énergie et la climatisation.

Grâce à cela, l'ingénierie n'est pas la seule à gagner du temps et à pouvoir faire l'impasse sur le transfert potentiellement mal fait des données de toutes les disciplines. Le département IT en profite également : moins d'outils, cela signifie moins d'erreurs, de malentendus, d'interfaces, de mises à jour, et bien sûr moins de formations. Aucun autre outil de planification électronique ne propose une telle synergie. De plus, l'harmonisation globale renforce la standardisation de tous les processus, ce qui les accélère encore plus.